Atépa : « Ma plainte contre la Directrice de la Place du Souvenir… »

Le célèbre architecte sénégalais Pierre Goudiaby Atepa avait récemment porté plainte contre l’administratrice de la Place du Souvenir. C’était, à l’en croire, pour stopper le « massacre environnemental » au niveau de cette place qui devrait être un lieu de recueillement et non un foutoir. Mais finalement, après sa rencontre avec le ministre de la Culture, il a décidé de geler cette plainte, en attendant une issue heureuse. Dans cet entretien, il dit être en phase avec le programme de réorganisation urbaine du Président Macky Sall. Dans la foulée, il a décerné un satisfecit au ministre de l’Urbanisme pour le travail qu’il est en train d’abattre depuis sa nomination. 

Êtes-vous en phase avec le Président Macky Sall sur son programme de réorganisation urbaine ?

Le Président de la République Monsieur Macky Sall a lancé un programme pour la réorganisation urbaine. Il en a confié l’exécution à son ministre en charge de l’Urbanisme. Celui-ci a commencé un bon travail. Parce-que, malheureusement, au Sénégal, n’importe qui fait n’importe quoi, n’importe où, n’importe comment. Je disais ça, il y a 30 ans. Malheureusement, la situation c’est empirée. Il y a deux ans, jour pour jour, j’avais écrit à Monsieur le Premier ministre Mahammad Boun Abdalah Dionne et à la Dscos, pour me plaindre, en ma qualité d’architecte, de la Place du Souvenir, de ce que la Directrice de cet établissement-là était en train d’en faire.

Avant de revenir sur le bras de fer qui vous oppose à la gérante de la Place du Souvenir, quelle était la fonction qui était dévolue à ce lieu ?

Je rappelle que la Place du Souvenir a été commandée par son Excellence, Monsieur le Président Abdoulaye Wade, qui au lendemain d’un séjour en Algérie, où il a été déposé une gerbe de fleurs au monument qui est à Alger, m’a demandé de concevoir pour lui, la Place du Souvenir. Pour que les hôtes de marque qui viennent nous rendre visite puissent déposer une gerbe aux pieds de la Carte de l’Afrique. Et que, par conséquent, que ce soit un espace, un lieu de recueillement et de commémoration. C’est la raison pour laquelle, il avait donné des instructions à son Architecte que j’étais, de lui concevoir un lieu avec deux Panthéons. Il y avait un Panthéon pour les résistants et un autre pour les grands intellectuels du continent.

 

Avec le recul, êtes-vous satisfait de la gestion de la Place du Souvenir ?

Malheureusement, ce lieu a été transformé, excusez-moi du terme, en un foutoir. Madame la gérante, a cru devoir le transformer en cantines où on peut trouver des restaurants, des chawarmas… dans un mélange extraordinaire d’images de nos dirigeants avec d’autres images peu reluisantes. Ça c’est inadmissible… C’est la raison pour laquelle j’ai porté plainte, pour arrêter ce massacre environnemental. Donc, j’ai porté plainte. Et la plainte devrait être appelée ces jours-ci.

 

Mais entre-temps, vous vous êtes entretenu avec le ministre de la Culture. Cette plainte est-elle toujours d’actualité ?

La bonne nouvelle, c’est que je me suis entretenu effectivement avec Monsieur le nouveau ministre de la Culture. Parce que, malheureusement, l’ancien ministre, qui ne suivait pas mon regard, m’a répondu quand je m’étais plaint, il y a deux ans, qu’il fallait bien qu’elle trouve des ressources. Et je lui ai dit non, ce n’est pas en massacrant un lieu qui devrait servir de recueillement qu’on va régler le problème de ses ressources. Aujourd’hui, tout l’espace a été distribué à des restaurateurs et autres marchands de je ne sais quoi. Récemment, des cuisiniers se sont battus à sang à la Place du Souvenir. Croyez-vous que c’est normal ça ?

Êtes-vous aujourd’hui dans de bonnes dispositions pour surseoir à cette plainte ?

Je me suis entretenu avec le ministre qui m’a semblé avoir une oreille très attentive, contrairement à son prédécesseur. Et c’est la raison pour laquelle, j’ai demandé à mon avocat de geler la plainte, en espérant que nous trouverons une issue heureuse. Et que la Place du Souvenir redevienne ce pour quoi elle a été construite. Je rappelle d’ailleurs que le Président Wade avait chargé le Professeur Iba Der Thiam de lui sortir le contenu du concept. Et il est temps que cette Place puisse reprendre la fonction qui était la sienne.

Laisser un commentaire