Circulation interurbaine : Les transporteurs restent à quai

Par Mohamed NDJIM

 

Le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, El Hadj Omar Youm, a apporté des modifications à l’arrêté n°008231 du 25 mars 2020 relatif aux mesures de restriction dans le secteur des transports terrestres pour la lutte contre le covid-19. Désormais, le nombre de passagers à bord des véhicules de transport public urbain de voyageurs est limité au nombre de places assises.

À l’exception des taxis urbains et des véhicules particuliers de 5 places, le nombre de passagers à bord des autres véhicules de transport public ou privé est limité à la moitié du nombre de place indiqué sur la carte grise du véhicule. Contrairement aux exigences des transporteurs, les mesures de restriction du transport interurbain sont, quant à elles, maintenues jusqu’à plus ample informé. «Au cas où le nombre de places du véhicule est impair, le nombre de passagers admissibles est le nombre entier résultant de la division par deux. Le nombre de passagers à bord des taxis urbains et des véhicules particuliers de cinq places est limité à quatre, y compris le conducteur», ajoute le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement.

 

Le Ccl convoque le principe de précaution

 

Réagissant à l’assouplissement des mesures de restriction dans le secteur des transports terrestres, le secrétaire du Cadre de concertation libéral (Ccl) invite l’autorité à ne pas passer à la vitesse supérieure. Selon lui, une ouverture du transport interurbain ne doit pas être permise avant la Korité. «Il y aura des risques accrus de propagation du virus si on autorise la circulation des personnes entre les régions lors de la Korité, car personne n’habite Dakar. Dans le contexte actuel, les déplacements massifs de population ne sont pas bienvenus. La reprise du transport interurbain ne doit pas encore être envisagée au nom du principe de précaution», ajoute-t-il.

Laisser un commentaire