Clémence pour Abdou Karim Guèye !

Abdou Karim Guèye alias Karim Xrum Xax est condamné à une peine ferme de trois mois. Cela fait suite à une sortie où il prenait position pour la réouverture des lieux de culte.

En effet, avec l’apparition du coronavirus, le Président Macky Sall avait pris la décision de fermer tous les lieux de culte. Ce n’est que récemment – à la faveur de mesures d’assouplissement – qu’il a décidé de leur réouverture. L’on comprend aisément les positions du jeune activiste, qui a toujours montré sa désapprobation par rapport à ces fermetures, arguant que ce n’est qu’à partir de prières que le Créateur entendra les « pleurs » des fidèles et nous donner les armes pour vaincre la pandémie. Pendant plusieurs semaines, les fidèles ont été obligés de prier dans leurs maisons, loin des mosquées. Distanciation physique pour ne pas dire mesures barrières forçaient une telle démarche (…). Seulement, Abdou Karim Guèye, avant et pendant que ces lignes sont écrites, mérite de se retrouver dans (sa) maison, auprès de sa famille. L’on épiloguait sur des mesures de désengorgement des lieux de privation de liberté pour éviter le pire. La propagation du covid-19 étant incontrôlable, il faut bien des mesures hardies pour protéger des fils du pays.

Ceci, en graciant certains qui avaient été condamnés pour des délits mineurs. Effectivement, Karim Xrum Xax en fait incontestablement partie. On peut lui reprocher son sens élevé d’engagement, ses tirs groupés contre le Président Macky Sall et son régime, mais, on peut reconnaître un détail de taille. Il y a tout juste quelques mois, un appel à la solidarité avait été lancé en sa faveur pour l’évacuer à l’étranger. Le mot d’ordre était unique : sauver le soldat Xrum Xax. L’argent rassemblé à partir de cotisations citoyennes, il avait été acheminé en Allemagne pour y recevoir des soins intensifs. Plusieurs interventions chirurgicales. Par la Grâce de Dieu, il est rentré au bercail, mais physiquement affaibli. En convalescence depuis son retour au pays, en bon soldat, il avait très vite repris le chemin du combat. De sortie en sortie, peut-être qu’il aura commis une erreur puisque c’est à partir de ce constat qu’il a été condamné. De ce point de vue, il faut le dire et le signaler : Karim ne mérite pas un séjour en prison. Il a plutôt besoin de continuer son traitement. Il a surtout besoin de soins et de bonne surveillance médicale. Il a surtout besoin de soutiens.

Alors, pour toutes ces remarques, l’humanisme doit être de rigueur. Il ne faudrait pas assister à une certaine déshumanisation qui voudrait que la prison soit vue comme la règle. Aux derniers jours du mois béni de Ramadan, l’autorité suprême qui n’est autre que le Président de la République, en bon père de famille, doit prendre la meilleure décision : assurer et assumer la clémence pour le soldat Karim. Pourquoi pas ?

Laisser un commentaire