Des malades souffrant de pathologie pris en charge à Diourbel

Le médecin chef de la région de médicale de Diourbel, Dr Mame Balla Mbacké Mboup, a réuni la presse ce samedi, à son siège, pour les entretenir sur les modalités de présélection et de sélection des malades qui soufflent de  pathologies que l’Ong Mercy Ships, en partenariat avec le ministère de la Santé et de l’action sociale, a programmé de prendre en charge.

Dans le cadre des activités de présélection et de sélection des malades souffrant de pathologies que l’Ong Mercy Ships, en partenariat avec le ministère de la Santé, a programmé de prendre en charge, Dr Mame Balla Mbacké Mboup qui a réuni la presse, ce samedi, pour échanger sur le programme du bateau Mercy Ships, qui est déjà au Sénégal et qui va y rester jusqu’au mois de mai 2020.

Son objectif, a-t-il informé, c’est d’opérer 3000 personnes souffrant de pathologies diverses pour lesquelles une intervention chirurgicale est nécessaire. La cible de ces interventions, a-t-il expliqué, c’est les personnes démunies qui n’avaient pas accès à la chirurgie, les maladies dont ils souffrent peuvent être mortels pour eux, et qui avaient des difficultés financières pour avoir accès aux services de chirurgie.

C’est une Ong humanitaire qui est en partenariat avec le gouvernement du Sénégal, avec le ministère de la Santé, a-t-il expliqué. Le bateau hôpital est en place au Sénégal et les activités ont commencé depuis quelques mois par un partage d’information avec tous les acteurs au niveau national, en particulier les médecins chefs des régions. Et maintenant, il reste la phase au niveau des régions. Il y aura plusieurs étapes au niveau des régions, a-t-il avisé. Ils vont commencer d’abord à faire une présélection des cas au niveau des centres de santé de la région.

Du 22 au 24 juillet pour tous les centres de santé de la région, Diourbel, Bambey, Mbacké et Touba. Ils vont sélectionner les cas qui sont éligibles pour la chirurgie comme la fente labiale et la fente palatine, l’hernie, la tumeur faciale, la tumeur, le lipome, la jambe en x, les jambes arquées, la fistule obstétricale, le pied bot, le lipome du coude, les contractures dues à des brûlures, le post-noma, les jambes balayées. Chaque centre de santé mettra en place trois médecins qui seront chargés de ces consultations et une fois que les consultations sont faites, les cas dépistés feront l’objet de prise de référence et à la fin des trois jours, le médecin chef enverra un rapport à la région médicale pour donner le nombre de cas qui ont été présélectionnés au niveau de ce centre de santé.

Et après, à partir du 5 août au 9 août, a-t-il signalé, ce sera la sélection, cette fois ci. Selon le médecin chef de la région médicale, ce n’est pas tous les cas qui seront opérés par le bateau, a-t-il attiré l’attention. La sélection se fera au niveau de la région au niveau du centre de santé, et à l’occasion, il y aura une équipe du bateau qui sera là pour faire la sélection avec l’équipe locale. Une fois que la sélection est faite, a-t-il dit, le 29, l’équipe de Mercy va revenir pour faire une évaluation beaucoup plus approfondie des malades, et à l’occasion, distribuer aussi les bons de transport.

Le médecin chef de région rappelle que les patients seront transportés à Dakar, auront là-bas un bilan pour une prise en charge et seront transportés à leurs localités d’origine de façon gratuite à la charge de l’Ong Mercy Ships ; et en relation avec le ministère de la santé. À partir de ce moment, les opérations vont commencer et le navire va séjourner au Sénégal jusqu’au mois de mai 2020 pour assurer la prise en charge curative, mais aussi, le suivi de permanence pendant un certain temps. La plupart des affections, a-t-il noté le médecin chef, Dr Mame Balla Mbacké Mboup, c’est des affections chirurgicales. Donc le bateau n’est pas venu pour consulter des pathologies médicales comme le diabète et autres, a-t-il prévenu.

Le bateau, a-t-il indiqué, est présent au Sénégal avec une équipe de près de 400 agents de santé qui sont des médecins, des infirmiers, des techniciens, des anesthésistes, des opérateurs. Ces personnels, a-t-il fait savoir vont travailler avec  les agents du Sénégal, parce que quand ils feront les opérations, ils le feront avec une équipe de chirurgiens du Sénégal, dans le but de leur transférer les compétences de ces interventions chirurgicales. Ils travailleront aussi avec une équipe d’infirmiers, et tout ça, dit-il, rentre dans le cadre de transferts de compétences, de sorte qu’après le retour du bateau, ces praticiens Sénégalais puissent faire les mêmes actes.

Laisser un commentaire