Des « Thiaga » créent un groupe WhatsApp à Fatick

Réunies dans un groupe WhatsApp, des élèves et des femmes mariées, qui ont de l’audace à revendre, ont fini par installer une véritable psychose à Fatick. Pire, rapporte L’As qui donne la nouvelle, ces prostituées qui exercent dans la clandestinité totale ont la manie de s’adonner à des rapports sexuels non protégés. Quid des maladies sexuellement transmissibles ? Elles n’en ont cure. Car, les clients multiplient facilement le tarif par 10.

Laisser un commentaire