Lamine Diallo : Étouffer le scandale Sall Timis  du gaz

Questekki 167 du mardi 8 octobre 2019

Dossier Ressources naturelles : Etouffer à tout prix le scandale Sall Timis  du gaz

Macky Sall ne veut pas débattre du montant de la rente issue du puits GTA de St-Louis. Il avait indiqué que l’Etat recevrait 16 400 milliards de F CFA sans précision. Aly Ngouille est allé plus loin avec ses 114 milliards de dollars de revenus et 58 milliards de dollars de rente à se partager. Il est bon de savoir que la rente est égale à la différence entre les ventes et les coûts totaux de production, c’est-à-dire les coûts de la recherche, les coûts de développement et les coûts opérationnels y compris les frais financiers et un profit industriel. La rente rémunère la dimension naturelle du produit.

Le Gouvernement refuse la transparence sur les données qui figurent dans la décision finale d’investissements. Pas de débat public, pas de débat à l’Assemblée nationale où il n’y a ni question orale et ni question d’actualité. Au niveau de la justice, notre plainte est bloquée pour l’instant et donc pas débat.  Macky Sall manœuvre pour étouffer le scandale du gaz. Dans les prochaines semaines, il va ouvrir le feuilleton des 94 milliards pour chercher à étouffer le scandale de Franck Timis.

Or, une hausse de 5% des revenus calculés par Aly entraine une hausse de la rente de plus de 10 milliards de dollars. Voilà pourquoi il fuit le débat par tous les moyens. Son ministre collaborateur chargé de l’énergie devenu porte parole de la Famille FayeSAll est monté au créneau. Alors s’il est courageux et transparent, qu’il accepte de nous donner la décision finale d’investissements et de débattre publiquement avec nous à la télévision, en particulier sur les « mensonges inventés » par l’Opposition dont parle le Président Macky Sall.

Dossier nouveau : Macky Sall au pied du mur cherche à étouffer la démocratie sénégalaise

Le Président Macky Sall  ne sait plus la date des élections locales et législatives. La ruse ayant ses limites, il est pris dans un triangle: le FMI et ses exigences de stabilisation et d’ajustement structurel, les ambitions de ses affidés qui veulent le remplacer en 2024 et dont certains espéraient la place de PM / dauphin, et la règle intangible des deux mandats.

A la manœuvre depuis sa prise du pouvoir, il a réalisé  qu’il est avec son BBY largement minoritaire dans ce pays. Il sait donc que l’état de la démocratie sénégalaise, du niveau de 2012,  par exemple ne lui permet pas de rester au pouvoir et de s’approprier l’immense rente gazière. Il manœuvre pour mettre entre parenthèses la démocratie en attendant l’arrivée des revenus gaziers de 2022. Il lui faut étouffer les ambitions de ses affidés dans son camp qui souhaitent le remplacer en 2024 et  pacifier l’espace politique à tout prix ; répression, négociations, etc. Dans tout cela, le peuple va souffrir, surtout ceux qui vivent les inondations.  Le fasttrack sans PM emprunté aux institutions financières qui l’utilisent pour les pays à reconstruire après une guerre civile ou des catastrophes naturelles est un échec.

Au pied du mur, il tente de dribbler son «créateur ».  En 2011, il est connu que le Khalife Général des Mourides l’avait sauvé d’un naufrage. L’histoire va t- elle se répéter ?

Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki.

Laisser un commentaire