Le palais Présidentiel : Un repaire de comploteurs ?

Le palais de la République serait-il devenu un repaire de comploteurs ? Si l’on en juge par les sorties de certains proches collaborateurs du chef de l’État, on est en droit, si peu tenté qu’on le serait, de répondre par l’affirmative. «Le président de la République a mis des gens à ses côtés. Mais ils n’ont pas son temps. La plupart des gens qui entourent le Président sont des comploteurs. Ils passent leur temps à comploter auprès du président contre des gens qui travaillent», a dit Ibrahima Ndoye dans une récente sortie dans la presse.

Avant lui, c’était Yaxam Mbaye, Dg du quotidien national « Le Soleil », qui, dans une lettre de soutien à Aliou Sall, affirmait que le palais grouillait de «scorpions, frelons» et autres bestioles dangereuses. «Tu as eu tort, autrement, d’assimiler à des faucons, ceux-là. Ils sont pires. Des frelons. Des scorpions. Moins que ces paons qui braillent et se dandinent au Palais. Ils ne sont que des frelons !», avait tantôt écrit Yaxam Mbaye dans sa correspondance adressée  à Aliou Sall. Non sans ajouter : «Ils vont encore te donner un coup de Jarnac. L’insulteur de la bande va t’insulter de manière lâche, c’est un orfèvre en la matière. Tire le premier. Sinon, laisse faire. Mon avertissement ne se fondait pas seulement  sur mon flair…».

Comme si cela ne suffisait pas, Aliou Sall,  empêtré dans la marée noire et revanchard en diable, de déclarer, après sa démission de la Cdc ceci : «Il y a des gens qui me font la guerre et qui sont tapis au Palais. Certains ont même payé des opposants pour leur demander de me salir. C’est de la méchanceté. Leur objectif, c’était d’enterrer politiquement Aliou Sall. Qu’ils sachent qu’ils ne peuvent rien contre moi. Je veux dire à ces adversaires qui sont dans le parti et qui sont très proches du Président, que je n’ai pas encore leur temps. Le moment venu, je leur ferai face», disait un Aliou Sall, plus qu’avertisseur. Et ce n’est pas la première fois que le frangin du président dénonçait les agissements de comploteurs nichés au palais. En 2017, après le retrait de sa candidature aux législatives, sur injonction de son frère de président, il disait déjà ceci : «Le lendemain, quand j’ai entendu ces faucons, à la radio et sur internet, danser comme de petits diables pour fêter leur victoire, j’ai compris que tout cela était le fait de comploteurs. Et moi, je n’accepte pas de me défaire devant les comploteurs». Il ajoute que ces «comploteurs l’ont écarté pour dresser une liste de copains, de copines, de coquins, de coquines. Mais cela ne passera pas».

Toutes ces sorties de proches du président n’augurent rien de bon et font froid dans le dos. Parce qu’il est impensable, qu’au moment où tout est urgence dans ce pays, que des gens grassement payés par le contribuable, pour qu’ils améliorent son vécu quotidien, se mettent à comploter sur son dos. Des fois, l’on ne peut s’empêcher de se demander si le Président Sall maîtrise ses troupes ou a la haute main sur les affaires du pays. Parce que, malgré les scandales qui éclaboussent certains de ses proches, nul n’a jamais entendu qu’ils ont été sanctionnés. Finalement, cela ressemble plutôt à une prime à l’impunité.

En tout cas, ces sorties récurrentes de ses collaborateurs, pour dénoncer l’existence de comploteurs autour du chef de l’État, risquent,  au final, de le fragiliser ; car, elles participent à la désacralisation du palais de la République.

Laisser un commentaire