Pape Ndiaye Souaré : « Je retrouverai le maillot de l’équipe nationale si… »

Son contrat avec Troyes arrive à terme le 30 juin prochain et le latéral gauche pourrait quitter. Pape Ndiaye Souaré veut relancer sa carrière, retrouver le haut niveau quatre ans après son accident en Angleterre. Dans une interview accordée au quotidien Record, il parle de son retour de blessure et de l’équipe nationale. (Extraits) 

Où en êtes-vous avec votre contrat avec l’ESTAC?

J’ai eu des accords avec eux à mon arrivée. Ils savent que si j’enchaîne des matches et que je retrouve mon meilleur niveau, je pourrais aller voir dans un niveau encore plus élevé. Dans le contrat, il est indiqué qu’on va partir sur une année. Au bout de la saison, si le club monte en première division, j’allais rester de facto pour une année supplémentaire. Mais, si au cas contraire, le club est amené à rester à nouveau en division inférieure, la balle restera dans mon camp: soit je reste, soit je m’engage ailleurs. Aujourdhui, sans rien vous cacher, je pense que j’ai eu assez de temps de jeu et que je pourrais aller m’engager dans un autre club sans problème. Là, je me retrouve en forme et en activité comme avant mon accident.

Pensez-vous que ces matchs joués à Troyes sont suffisants pour que vous alliez voir ailleurs?

Je ne vois pas les choses sous cet angle. C’est une question d’objectif. Dés le départ, j’aurais aimé rester plus haut. Après, que ce soit suffisant ou pas, c’est le travail qui va définir tout cela. Si j’arrive à trouver un point de chute et que je travaille d’arrache-pied, tout pourrait aller dans le bon sens et c’est ce que je souhaite.

N’avez-vous pas mal lorsque vous pensez à votre élan brisé par cet accident ?

C’est une question délicate puisqu’on ne peut rien changer de ce qui est arrivé. Depuis que je suis revenu de blessure, je monte petit à petit en puissance et je retrouve mes marques. C’est ce qu’on doit retenir. Là, j’ai enchaîné des matches. Au vu de ce qui s’est passé autour de moi de Crystal Palace à Troyes, je me dis que le travail doit continuer, je ne dois en aucun moment baisser la garde. Après ma blessure, j’ai conscience que je dois franchir des paliers avant de retrouver mon meilleur niveau. C’est pourquoi je n’hésite pas de renforcer mes muscles.

Pensez-vous avoir toujours les jambes pour prétendre vous faire une place sur le flanc gauche de la défense des Lions?

A l’heure où je vous parle, je suis persuadé que je si je renoue avec la compétition comme tout le monde, il n’y aurait aucun problème pour que je retrouve le maillot de l’équipe nationale du Sénégal.

Avec Record

Laisser un commentaire