“Aar Li Nu Bokke” : Des organisations mettent la pression sur le régime

Pas moins de treize (13) organisations ont lancé ce week-end une plateforme citoyenne dénommée «Arr Li Ñu Bokk» (Préserver ce qui nous appartient). En effet, il s’agit de mettre en place un large front citoyen pour la sauvegarde des richesses pétrolières et gazières du Sénégal. Ces organisations de la société civile, partis politiques, mouvements et personnalités indépendants exigent «la transparence dans la gouvernance des ressources naturelles, la transmission des dossiers liés aux contrats sur le pétrole et le gaz à la justice». Mais aussi, exigent “la renégociation des contrats signés”, “le recouvrement des avoirs pétroliers et gaziers”.
Ce mouvement qui se veut «ouvert et inclusif», entend mener «dès les prochains jours, des actions décisives au Sénégal et dans la diaspora, pour mettre un terme à la spoliation des richesses de notre pays au profit des réseaux mafieux intérieurs et étrangers avec la complicité coupable du président de la République». Dans un communiqué, ces membres invitent «tous les patriotes, citoyens et citoyennes du Sénégal et de la diaspora à se tenir prêt à répondre aux mots d’ordre qui seront donnés à la conférence de presse qui est prévue dans la foulée, ce lundi 10 juin 2019.
Il faut rappeler qu’il s’agit de la CosM23, de Legs Africa, du Mouvement Y’en a marre, Pastef, Agir, Cajust, One Million March, Forces démocratiques du Sénégal (Fds), Congrès pour la renaissance démocratique (Crd) Dafa Jot, Avenir Sénégal Bi Ñu Beug, Imam Ahmadou Kanté (indépendant) et Frapp France Dégage.

Laisser un commentaire