Hydrocarbures : La science donne raison au président Macky

Hydrocarbures du Sénégal, la vérité scientifique donne raison au président Macky sall ! (Par Serigne Khadimou Rassoul THIAM)

En 2014, la découverte de 473 millions de barils de pétrole dans le Sangomar profond.
En 2015, 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel localisé dans St Louis offshore profond.
En 2016,140 milliards de mètres cubes dans le Kayar profond.
Une telle clarté descriptive du président de la République du Sénégal sur les hydrocarbures, balaie toute allusion à des collusions d’intérêt. Toutes ces accusations que nous ente dons, montrent que ces Pauvres gens ne comprennent rien, d’abord sur l’histoire du pétrole et du gaz au Sénégal, dont la recherche a commencé de manière structurée depuis 1950.
Alors, cette tempête de mensonges e doit pas durer dans notre pays.
Il est clair qu’une réelle fermeté et des procédures pénales devraient les contraindre à se taire au lieu de jeter le discrédit sur le Sénégal. En effet, le Sénégal ne doit plus laisser prospérer de tels propos diffamatoires, de telles allégations sans fondements.
Ces attaques malsaines à pour seul objectif de créer le chaos social.
Ces comportements malsains doivent être sévèrement punis, ces comportements peuvent être assimilés à du terrorisme psychologique moral et anti démocratique.
Revenons à la réalité scientifique de ce dossier, dès le début de la phase positive, plus de 20 compagnies pétrolières ont fouillé le bassin sédimentaire et sans succès, cela correspondrait à 168 forages réalisés et toujours sans succès.
Ceci engloberait plus de 500 milliards de francs cfa, face aux diverses conclusions, encore sans succès, le législateur du Sénégal avait jugé non opportun d’exiger un police pour les licences.
Au moment où les dernières fouilles ont révélé 8 puits positifs en 2014 que l’état du Sénégal a estimé utile et nécessaire d’exiger cette police eu égards aux dispositions de notre code pétrolier et sur pour l’intérêt de notre pays.
Alors l’état exige un versement de 500000 dollars pour l’ouverture de la police de contrat d’exploration qui est fixée à ce montant et automatiquement versé à PETROSEN.
Ceci montre encore qu’aucun privilège n’a été fait au frère du président, alors toutes ces allégations visent simplement le chef de l’état et les intérêts du Sénégal.
Quant à Franck Timis qui est un spécialiste dans le domaine de l’énergie et des hydrocarbures, est connu dans le monde entier, particulièrement dans la sous région, alors arrêtez de raconter des inepties aux sénégalais.
Qu’est ce qui s’est passé avec nos partenaires, en toute légalité, c’est juste un contrat d’affermage,qui n’est rien d’autre qu’un contrat d’accords de parts.
Ce contrat de parts exige des obligations d’investissements divers qui fixe des engagements des 2 parties.
La répartition en % pourcentage de 60% de droit et d’obligation de travaux, ne devait pas être l’objet de débat ou d’accusations, mathématiquement la notion de pourcentage n’a pas de sens immédiat sur ce que le Sénégal aura en termes économiques.
Pour information 10% phase exploratoire, 20% phase exploitation, tout cela, personne ne peut évaluer en ce moment de la réalité économique avenir.
Arrêtez de faire peur aux sénégalais, rien n’est dilapidé rien n’est volé, trêves de désir de malédiction dans notre pétrole…
C’est qui est important de savoir, c’est que l’acte d’affermage n’est pas un contrat d’exploitant, ni d’exploitation, plus grave encore, parler de fiscalité à ce niveau, parler de chèques déjà perçus relèverait d’une méconnaissance totale dans ce domaine.
Entre paroles de charlatans et vérité scientifique d’état, chers compatriotes notre soutien doit être total pour permettre au président de la République du Sénégal à réussir ce grand défi.
Chers compatriotes, pour nous éviter la malédiction du pétrole, nous avons une seule chance c’est d’accepter un consensus national et un consensus générationnel dynamique derrière le président Macky sall.
Je persiste encore, nous n’avons rien perdu, Macky sait se manière pertinente où il va et avec qui il doit travailler pour garantir la sécurité et les intérêts de notre pays.
N’oubliez pas que le rendez-vous est pour 2021 et qu’en matière de contrats le Sénégal est bien outillé.
Se grâce au Sénégal, il ya des gens qui sont bien formés et de rigueur irréprochable. Nous ne sommes pas tous pourris !
En réalité dans les clauses de droit des contrats, plusieurs consentements d’usages, de moralité, d’intérêts mutuels sont observés et ces consentements sont exempts de tous les vices, de toute illisibilité, exempts de toutes supercheries, de toutes violences, de fraudes ou de dols.
Ce qui m’amène à vous expliquer ce qu’est la réticence dolosive ou dol par réticence et les notions d’autonomie et d’intégrité dans le contrat, juste pour vous assurer que rien n’est perdu comme le soutient les charlatans connaisseurs du pétrole ou du code minier ou pétrolier.
En droit de contrat le consentement est le fait de se prononcer en faveur d’un acte juridique au sens large de toute convention de tout contrat.
Alors le consentement est l’élément fondamental dégage par l’autonomie de la volonté et l’intégrité de tous les éléments contractants… Encore le contrat, comme principale source des obligations juridiques, ayant comme base fondamentale de validité l’autonomie de la volonté est nécessairement empreinte de cette idée, et reste dans l’idéologie, un réel instrument juridique consensuel et dont le moteur c’est la vérité est le consensuel grâce à la place déterminante laissée au juste consentement.
Je rappelle ou informe aux sénégalais que le contrat est une obligation légale, alors que le consentement est toujours demandé en droit du contrat. Pourtant on pourrait penser que la loi pourrait se substituer au consentement des parties.
Chers compatriotes, il n’en est rien, et les cas dans lesquels le consentement n’est pas possible sont très rares et motivés pour des raisons d’ordre public et discret.
De ce fait, le consentement à un contrat doit exister d’un point de vue objectif.
In fine, on pourra distinguer l’offre, la pollicitation et l’acceptation.
En l’absence de ces éléments, il n’y a pas de rencontre de volonté et donc pas de contrat alors nous devons tous nous mobiliser derrière notre Président afin qu’il trouve avec force tous les atouts de défense de notre patrimoine commun.
Cela nous renvoie à l’intégrité collective et à la force collective pour obtenir une meilleure visibilité et une meilleure validité de tous nos contrats, pas seulement ceux des hydrocarbures mais aussi ceux qui ont été signés par maître Wade, ancien chef d’état su Sénégal.
Chers compatriotes ce qu’il faut savoir un vice démontré dans un contrat entraîne la nullité c’est à dire l’annulation rétroactive, de ce fait ce contrat est considéré comme n’avoir jamais existe.
Dans le cas de l’affaire Petrotim si les charlatans du pétrole considère que le Sénégal est « L’ERRANS », c’est à dire la victime, alors l’objet du droit du contrat définissant les qualités essentielles de la prestation permet au Sénégal de recourir à la nullité du contrat pour erreur sur la prestation.
Par ailleurs, nous avons intérêt de le jouer collectif. Derrièrement, nous avons perdu des milliards en dénonciation illégale se contrats, donc Macky à bien raison de se tenir sur ce  cap.
Sinon, le Sénégal soit apporter les éléments de l’erreur-obstacle dans ce cas de figure avec petrotim.
Le combat n’est pas terminé car le gouvernement du Sénégal doit bénéficier de toutes les obligations spéciales d’information pour que la responsabilité contractuelle soit définitives c’est à dire la volonté de validation soit échue.
Parce que toutes clauses contradictoires suppose une bonne connaissance, et d’avoir toutes informations utiles assurant l’intérêt spécifique de chaque partie.
En cela, après avoir discuté et dispose des outils de réflexions, la loi du droit du contrat exige un délai ou quantum de référence et réflexion etde discrétion.
En effet la loi met en place un droit de réponse et de repentir(…).
Finalement, pour information la validité de tous ces éléments de contrat est subordonnée à l’autonomie, à l’intégrité et à l’absence de vices, en cela, de façon nette et claire, rien n’est dilapidé, rien n’est volé, laissons macky continuer son excellent travail.
Évitons que nos hydrocarbures virent vers la malédiction.
Soyons conscients que nos perspectives d’avenir devraient nous pousser à plus de responsabilités, à plus de solidarité, à plus de sérénité de la part de toutes les composantes de la nation sénégalaise, dirigeants comme opposant.
Il est évident que le Sénégal est au centre de la géopolitique mondiale seulement cela  alimente et attire la convoitise des grands pays dépendants du gaz et du pétrole.
Sans oublier que les lobbies de tout genre s’organiseront toujours avec les traîtres, sous silence pour tracer le chaos social et piller nos ressources.
Nous avons la certitude que le pouvoir du pétrole, les sommes colossales vont pousser certains à jouer au sort éminemment corruptogene et aux turbulences catastrophes pour tous les pays pauvres détenteurs de ces ressources de gaz et de pétrole.
En Afrique, on a vu beaucoup de pays pauvres pétroliers sont victimes de chaos social, au lieu de s’en sortir, ils se sont lourdement endettés.
Plus grave, ils sont devenus spectacle et terrains de guerre civile, terrains de guerre ethnique.
Je lance un appel à tous les sénégalais à plus de responsabilités et je demande aux différents chefs religieux d’apporter leur soutien prononcé au président de la République du Sénégal, son excellence monsieur macky sall.
Vive le Sénégal qui gagne !
Par Serigne Khadimou Rassoul THIAM

Laisser un commentaire