« Moins 90% de mendiant à Diamaguene Sicao Mbao… »

La lutte contre la mendicité forcée des enfants s’intensifie dans la Banlieue de Dakar. Aucun moyen de sensibilisation n’est de trop. À Diamaguène Sicap Mbao (Pikine), les acteurs de la promotion des droits des enfants, la mairie, les maîtres coraniques, les Mamans des talibés, appelées «Ndeyou Daraas», conjuguent leurs efforts pour mettre fin ou baisser considérablement le fléau de la mendicité. Selon le coordonnateur du projet de lutte contre la mendicité à Diamaguène Sicap Mbao, depuis qu’ils ont commencé à dérouler des activités, des résultats satisfaisants sont enregistrés. «Nous avons 65 daraas ou écoles coraniques dans la commune de Diamaguène Sicap Mbao. Au début du projet nous n’avions que 20 daraas (écoles coraniques) qui ne pratiquaient pas la mendicité. Mais aujourd’hui plus de 50% des daraas ne font pas la mendicité. Ceci, grâce aux activités de sensibilisation et des appuis financiers et matériels que nous avons faits à l’endroit des tenanciers des écoles coraniques. Mais notre ambition est d’atteindre un taux de 90% de daraas qui abandonnent la mendicité», relève Malick Dramé.
La mendicité est un phénomène réel au Sénégal. Malgré les nombreux programmes de l’État, de nombreux enfants errent encore dans les rues de la capitale et sa banlieue à la recherche de la pitance. Un phénomène que certains assimilent à de l’exploitation économique. Le dernier rapport de Human right watch fait état de plus de 100.000 enfants talibés recensés dans tout le Sénégal. Ils rapporteraient près de 10 milliards par an à leurs maîtres coraniques (Ndlr, un rapport que contestent certaines organisations islamiques). À Diamaguène Sicap Mbao, dans le cadre des activités du projet de lutte contre la mendicité, les acteurs ont organisé une randonnée pédestre de plus de 4 Km pour sensibiliser les populations sur la mendicité des enfants. «Nous voulons atteindre le maximum de personnes pour leur faire part de notre souci de protéger les enfants de manière générale», souligne M. Dramé. D’après lui, beaucoup d’enfants talibés qui mendient dans les rues de Diamaguène Sicap Mbao viennent d’autres localités.

Laisser un commentaire